Après avoir passé 6 mois à Montréal, me voilà de retour sur le sol français. 6 mois ça peut paraitre long, mais c'est tellement court en fait ! J'ai l'impression que c'était hier que je bouclais mes valises. 


Les derniers mois ont été intenses, que ce soit au niveau professionnel ou d'un point de vue personnel. J'ai encore un peu de mal à réaliser tout ce que je viens de vivre. Une chose est sûre, cette expérience aura été un tournant et marque le début d'un nouveau chapitre dans ma vie.
Mais laissez-moi vous raconter pourquoi...


Novembre 2016. Après des semaines d'acharnement, plusieurs emails envoyés, des coups de téléphones à répétition et un entretien skype, je décroche enfin le stage de mes rêves. Pendant 6 mois, je serai assistante webmarketing pour Atout France, l'agence de développement touristique de la France (pour les non-initiés au tourisme, c'est, en gros, l'office de tourisme de la France). Deux aspects hyper positifs, je travaillerai dans le service e-marketing, qui est mon domaine de prédilection, et je serai basée à Montréal au Canada. L'excitation commence d'ores et déjà à monter !

Les démarches administratives à réaliser n'ont pas manqué. Mais après avoir obtenu mon visa, pris mon billet d'avion, trouvé un logement, j'étais fin prête à partir le 1 avril 2017.

Bilan Canada

Autant vous dire que même si j'étais ultra excitée à l'idée de partir, le stress était bien présent aussi. J'avais déjà vécu ça en allant étudier à Boston. Mais au moment de monter dans l'avion, je me suis dit que cette expérience serait sûrement celle de ma vie et qu'il fallait en profiter. Et c'est ce que j'ai fait.

Le premier mois a été un peu difficile. La météo n'était pas de mon côté et la pluie ne faisait que tomber. En plus, les gros tas de neige boueux à chaque coin de rue n'ont pas aidé à me sentir mieux. Mais je n'ai pas baissé les bras.


Je me suis tout de suite bien intégrée à mon travail. Les missions m'ont plu et je me suis super bien entendue avec mes collègues. Se lever en étant contente d'aller travailler est quelque chose d'assez agréable ! Mon travail chez Atout France a été hyper enrichissant et j'ai appris beaucoup de nouvelles compétences qui me seront utiles dans ma future carrière. Je suis pleinement satisfaite de ce stage de fin d'étude. Et ça, c'est le premier gros point positif de cette expérience.

Bilan : 6 mois au Canada

Des points positifs, il y en a beaucoup. Et 6 mois après, si je devais faire le bilan de mon aventure à Montréal, un article ne suffirait pas.

Mais le Canada, c'est...

         ...des rencontres avant tout.

Aujourd'hui, je me sens vraiment chanceuse d'avoir eu l'occasion de rencontrer autant de nouvelles personnes. Certaines n'ont été que de passage, d'autres sont devenues des copains mais je me suis aussi fait de vrais amis. Ce n'est pas facile de débarquer dans une nouvelle ville, dans un pays qu'on ne connait pas, avec une culture différente. Mais en faisant des efforts, on fait des rencontres et l'histoire prend un tour différent. Jamais je n'aurais pensé aller randonner avec des copines, pourtant je l'ai fait et ça reste un de mes meilleurs souvenirs (oui oui vraiment !). Et puis parfois, y'a des soirées auxquelles on va, alors qu'on n'en avait même pas envie, et qui changent tout. 

         ...des découvertes.

Je suis partie pour mon stage, mais j'ai eu l'opportunité de voyager. Que ce soit mon coup de coeur pour Toronto, mon émerveillement pour les Chutes du Niagara ou encore la super journée que j'ai passée au Parc Oméga. Tout ce que j'ai eu la chance de découvrir restera un souvenir inoubliable. Le Canada est un beau pays qui a beaucoup à offrir. Des parcs naturels dans tous les coins, des étendues de forêts, des lacs, des montagnes... La nature est sûrement la première chose qui me vient en tête quand je pense à mon pays d'adoption. Et même si j'ai adoré découvrir Quebéc, Mont Tremblant ou la Basilique Notre-Dame, c'est probablement les journées passées en pleine nature, comme à la Mauricie qui m'ont le plus marquée.

         ...une vie de folie.

Je ne peux même pas compter le nombre de concerts ou de spectacles que j'ai vus gratuitement, que ce soit aux Francofolies, au Festival de Jazz ou à Juste Pour Rire. Et puis cette année, c'était les 375 ans de Montréal et les 150 ans du Canada, les événements organisés étaient donc en nombre ! J'ai adoré voir les Géants de Nantes ou le spectacle sons & lumières sur la façade du parlement à Ottawa. Chaque semaine, quelque chose était organisé. A chaque coin de rue, on pouvait tomber sur un show.

bilan montréal

Vous l'aurez compris, ces 6 mois à Montréal ont été bien remplis. Plus le temps passait, plus l'envie de rester s'est installée. Je viens de finir mes études, j'ai conclu mes 5 années d'études supérieures en validant avec succès mon master. L'heure est venue pour moi de trouver un travail, idéalement un CDI, parce que c'est ce que la société veut. J'ai eu 24 ans il y a quelques jours et l'idée de me poser, de commencer ma vie d'adulte de cette manière ne me séduit pas beaucoup.

J'ai envie de plus. Je veux découvrir, voyager, partager. C'est pour ça que j'ai décidé de repartir au Canada, dans un premier temps. J'y retourne pour passer l'hiver, parce que j'ai envie de vivre un vrai hiver Canadien (certaines personnes doutent de mes capacités à survivre au froid polaire, mais je vais leur prouver que j'en suis capable 😉 ). Et dans quelques mois, on verra où j'en serai. Peut-être que je resterai au Canada, peut-être que j'irai ailleurs, ou peut-être que je retournerai en France. Aujourd'hui, je ne sais pas ce que je ferai dans 6 mois. C'est risqué, mais c'est aussi très excitant.

Mes 6 mois au Canada m'ont appris à ne pas avoir peur. Si les choses se passent mal, on en ressort grandit. Et si ça se passe bien, ça nous donne juste envie d'aller plus loin. Je me sens plus forte grâce à cette expérience et plus que prête pour le futur.

Ce n'est que le début, et j'espère que vous serez là pour la suite de mes aventures.
Parce que comme le disait si bien Jacques Prévert :

"Plus tard ce sera trop tard. Notre vie c'est maintenant"

Bilan : 6 mois à Montréal