Le Mont Saint-Michel, petit coin de paradis entre Normandie et Bretagne. Etant Bretonne, ça me fait mal de dire ça, mais oui, le Mont Saint-Michel est Normand. Et il y a un proverbe que j’apprécie beaucoup qui explique en partie pourquoi…

« Le Couesnon en sa folie mit le Mont en Normandie »

Vous aurez compris que ce proverbe a très certainement été écrit par un Breton  !

Le Couesnon, c’est le fleuve qui borde le Mont. Lorsqu’il est sur la gauche du Mont (comme c’est le cas maintenant), le Mont Saint-Michel est en Normandie, mais lorsqu’il est sur la droite, le Mont est en Bretagne. Avant, le Couesnon changeait de place en fonction des marées, mais depuis la poldérisation de son embouchure entre 1856 et 1863, le fleuve a définitivement mit le Mont Saint-Michel en Normandie. Mais bon, il restera quand même en partie Breton à jamais…

Un peu d’histoire…

Je sais, ça semble barbant, mais ça peut être intéressant d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de ce célèbre rocher. Personnellement, j’aime vraiment tout ce qui se rapporte à La Merveille, je vais donc essayer de vous raconter brièvement les quelques choses que je connais.

  • Avant de devenir un lieu de culte à Saint-Michel, le Mont Saint-Michel s’appelait le Mont Tombe.
  • Le Mont Saint-Michel est un lieu dédié à l’archange Saint-Michel. Selon la légende, l’évêque d’Avranches, Aubert, aurait eu l’apparition de Saint-Michel à 3 reprises dans ses songes. En 709, Aubert a donc fondé un sanctuaire en son hommage.
  • La Saint Michel a lieu le 29 septembre (et c’est aussi la date de mon anniversaire !).
  • De nombreux lieux de culte sont dédiés à Saint Michel, ailleurs en Europe, dont le St Michael’s Mount, en Angleterre, qui est la réplique de notre Mont français.
  • Une abbaye domine le Mont et est source de pèlerinage depuis des centaines d’années.
  • Pendant de nombreuses années, le Mont a abrité une prison, qui a « accueilli » jusqu’à 700 prisonniers.

En savoir plus ?

Voilà, vous en savez un peu plus sur l’histoire du Mont Saint-Michel ! Il y a bien évidemment beaucoup plus à apprendre, et si vous êtes interessés, je vous conseille l’excellent livre Le Tour du Mont en 1300 ans aux éditions Ouest France, écrit par François Saint James et David Nicolas Méry. Ce livre est très complet et facile à lire. Et pour le petit côté ludique, il y a des exemplaires d’anciennes publicités pour le Mont, des cartes… Enfin bref, j’adore !

Aujourd’hui, le Mont est devenu un endroit extrêmement touristique, mais l’abbaye millénaire en reste le cœur. Il est possible de la visiter, tous les jours de la semaine, avec ou sans guide. Que vous soyez croyant ou non, ça vaut vraiment le détour. C’est un lieu sublime, chargé d’histoire, où des prouesses architecturales ont été réalisées. Je recommande vivement !

Il y aussi le petit village, très typique, à l’ambiance un peu moyenâgeuse. Dans la rue principale, de nombreux commerces et restaurants s’enchainent, mais il y a aussi les remparts qui offrent une superbe vue sur la baie.


Je suis allée au Mont Saint-Michel une bonne quarantaine de fois, j’aime cet endroit et j’y suis personnellement très attachée. Je l’ai vu évoluer au fil des années, et certains des changements m’ont sincèrement fait mal au coeur. Ce n’est clairement plus le même lieu que j’ai connu, surtout depuis que l’on doit prendre un bus, la plupart du temps complètement bondé, pour y accéder, mais ça reste un endroit merveilleux. Et si vous êtes dans la région, c’est un passage obligé !

Le truc en plus !

  • Il y encore une trentaine d’habitants qui vivent sur le Rocher, mais cela comprend les membres des Fraternités Monastiques de Jérusalem, qui vivent à l’abbaye.
  • Le marnage (c’est à dire la différence entre marée haute et marée basse) dans la baie du Mont Saint-Michel est l’un des plus important du monde. Lorsque la marée descend, elle peut se retirer d’une quinzaine de kilomètres.
  • Lorsque la marée monte, on dit que le mascaret, qui est la première vague, monte à la « vitesse d’un cheval au galop ». C’est un peu exagéré, mais ça reste assez impressionnant. En fait, le cheval dans sa course folle est obligé de ralentir pour reprendre son souffle, alors que ce n’est pas le cas du mascaret qui avance sans interruption. Résultat : si le mascaret et le cheval faisaient la course, ils auraient la même vitesse moyenne... Selon la légende 😉
  • La baie du Mont Saint-Michel est classée parmi les plus belles du monde.
  • Tombelaine, l’ilôt situé à quelques kilomètres derrière le Mont est souvent considéré comme étant le petit frère du Mont Saint-Michel. Selon la légende, il tient son nom d’une certaine Hélène, dont la tombe se trouverait là-bas, d’où Tombelaine…
  • L’accès au Mont est possible toute l’année, hormis les quelques jours de très grandes marées qui recouvrent la passerelle, mais c’est très rare.
  • La fameuse omelette Poulard a été inventée par Annette Boutiaut. Elle a épousé Victor Poulard et a donc pris son nom. L’omelette est devenue un succès alors qu’elle la proposait aux visiteurs affamés qui arrivaient en pèlerinage au Mont. Malheureusement, aujourd’hui, le groupe La Mère Poulard est juste devenu un business et a perdu toute son authenticité. D’ailleurs, l’omelette vendue plus de 30€ par le restaurant La Mère Poulard n’a plus rien à voir avec la traditionnelle... A savoir également que cette omelette est maintenant proposée dans tous les restaurants du Mont, elle est aussi bonne (voire meilleure) et surtout bien bien chère ailleurs ! Donc n’hésitez pas à tester les petits restaurants, bien plus traditionnels.

L’accès au Mont Saint-Michel

L’accès au Mont a été source de nombreux litiges avec la construction de la nouvelle passerelle, dont l’objectif est de redonner son caractère insulaire au rocher.

Je tiens à préciser que l’accès au Mont Saint-Michel est gratuit ! Comme toutes les villes et villages de France, son accès est ouvert tous les jours et à n’importe quelle heure. Vous pouvez choisir d’y aller à pieds, ou en prenant la navette appelée le Passeur. Le départ de cette navette, qui fonctionne de 7h à 1h du matin, se fait au bout des parkings et elle vous déposera à 350m du Mont (cette navette est elle aussi gratuite). Sachez que même si les navettes circulent régulièrement, et comme je l’ai évoqué précédemment, elles sont très souvent pleines à craquer. Préparez-vous donc à être entassés, comme dans le métro Parisien aux heures de pointe...

En revanche, le stationnement des voitures est payant : 6,30€ pour moins de 2h (mais honnêtement, une visite en moins de 2h me paraît compliquée), sinon, c’est 11,70€ jusqu’à 24h de stationnement (tarifs 2016). C’est vraiment très cher, mais il n’y a malheureusement pas d’autres options si vous souhaitez garer votre voiture au plus près…

La flèche

La flèche

L'abbaye

L'Abbaye

Mes petites astuces

⇒ Privilégier les petites rues du village, beaucoup plus typiques que la rue principale qui est plus touristique.

⇒ Eviter les grands restaurants qui sont hors de prix et qui sont loin d’offrir un bon rapport qualité-prix.

⇒ Si vous voulez faire une balade dans la baie, ne prenez pas de risques inutiles. De nombreux guides proposent des visites et vous racontent de belles histoires et légendes sur le rocher. C’est convivial et c’est en pleine sécurité. Chaque année, des imprudents pensent pouvoir vaincre la nature et se noient lorsque la mer monte (et oui, on sous estime les sables mouvants) ! Vous trouverez toutes les infos et contacts à l’office de tourisme,  à l’entrée du Mont.

⇒ Un conseil pour la visite ? Lorsque vous entrez dans le Mont Saint-Michel, prenez le grand escalier sur la gauche, une centaine de mètres après l’entrée, juste après le bureau de Poste. Lorsque vous atteignez le cimetière, prenez la ruelle qui le surplombe : vous arriverez au pied de l’abbaye. A vous de voir si vous souhaitez la visiter (mais je le conseille vraiment !). Pour la suite, au choix : sur la droite, vous pouvez faire le tour des remparts ou descendre par la rue commerçante ; sur la gauche, vous atteindrez une grande terrasse d’où la vue est sublime sur la baie et pourrez poursuivre par le chemin de Ronde, qui mène à l’entrée de Mont.

⇒ Pour économiser de l’argent, sachez que le bus venant de Pontorson (une petite ville située à quelques kilomètres) vous dépose au pied du départ des navettes et le ticket ne coûte que 2,80€